AEDH condamne les actes terroristes survenus dans la nuit du 13 au 14 novembre

Attaques Paris 13 novembre

AEDH, aux côtés de la communauté nationale et internationale, condamne les actes terroristes survenus dans la nuit du 13 au 14 novembre à Paris et à Saint Denis. Nous nous joignons aux appels à l'union solidaire contre la peur et les amalgames pour protéger les libertés, la démocratie et notre vivre ensemble. Nous exprimons notre solidarité envers les victimes et leurs familles.

 

AEDH, alongside the whole national and international community condemns the terrorist attacks and assassinations in the night of 13/14th November. We support the national appeal for unity to counter fear and to protect freedom, democracy and our common desire to live together. We wish to express our heartfelt solidarity with and compassion for the victims of these attacks and for their families and dear ones.

 

Lire la suite...

Jairo Mendez : défendre les droits de l’Homme et les droits des travailleurs en Colombie

Jairo Mendez, ancien syndicaliste Colombien, est arrivé en France avec le soutien du Fonds d’urgence en 2011. Aujourd’hui installé à Lyon, il est bénévole et adhérent d’AEDH. Il nous parle de son parcours et de son engagement pour la défense des droits des travailleurs Colombien :

 

Fonds d'urgence : mise en sécurité d'une association LGBT au Salvador

Intervention fonds urgence mise en securite

L’association C. est active depuis plusieurs années au Salvador dans la défense des droits des personnes LGBT (lesbiennes, gays, bisexuelles et transsexuelles). Elle assure des suivis sur le plan psychologique, sanitaire et social et favorise l’insertion des personnes LGBT. L’association C. mène, parallèlement à ses activités sociales, des actions de plaidoyer vigoureuses en faveur de la reconnaissance des droits des personnes LGBT. Au Salvador, celles-ci subissent de multiples discriminations, sont victimes de stigmatisation et ne bénéficient d’aucune protection juridique.

Lire la suite...

Fonds d'urgence : deux défenseurs secourus dans le Sud Kivu

Intervention fonds urgence mise en securite intervention medicale

Justin* et Paul* sont animateurs au sein d’une association qui agit dans la province du Sud Kivu. Alors qu’ils menaient une mission de reporting sur des cas de violations des droits de l’Homme, ils ont été pris en en embuscade et enlevés par huit hommes armés appartenant à la milice Maï-Maï. Les Maï-Maï, groupes armés nationalistes dirigés par des seigneurs de guerre et des chefs locaux, combattent pour le contrôle des territoires et des ressources naturelles. Ils n’hésitent pas à se livrer à de multiples exactions contre les populations locales dans les Kivus, et particulièrement les défenseurs des droits de l’Homme.

Lire la suite...

Appel urgent : arrestation et exécution de Welli Nzitonda, fils de Pierre Claver Mbonimpa

AEDH a été informé, par l'Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, de l’arrestation et de l’exécution de M. Welli Nzitonda, fils de M. Pierre Claver Mbonimpa, président de l’Association pour la protection des droits humains et des personnes détenues (APRODH) et lauréat en 2007 du Prix Martin Ennals pour les défenseurs des droits de l’Homme.

Selon les informations reçues, le 6 novembre 2015 vers 12h, M. Welli Nzitonda a été arrêté par un groupe de policiers et militaires en tenue dans le quartier de Mutakura alors qu’il marchait dans la rue avec une amie entre la 13ème et 14ème rue. Après avoir contrôlé son identité, un policier a frappé au visage M. Welli Nzitonda et a sommé son amie de partir. M. Welli Nzitonda s’est retrouvé à terre et a ensuite été emmené dans un lieu inconnu. Deux heures plus tard, M. Welli Nzitonda a été retrouvé sans vie dans une maison entre la 13e et 14e avenue dans le quartier de Mutakura. Son corps était ligoté et présentait des marques de blessures notamment à la tête.

Lire la suite...

Le système autoritaire continue la répression des militants d’IRA-Mauritanie

[Communiqué de presse de l'IRA Mauritanie]

IRAUne marche pacifique organisée le 26 octobre 2015 par IRA-Mauritanie, a fait l’objet d’une répression d’une rare violence par des forces de l’ordre. Ces derniers ont utilisés des grenades lacrymogènes et les matraques pour disperser les manifestants qui étaient mobilisés pour dénoncer le manque de soins de leurs leaders Biram Dah Abeid et Brahim Bilal Ramdane, qui croupissent dans la prison d’Aleg depuis plus d’un an pour avoir organisé une caravane dénonçant l’esclavage foncier.

Le but de cette marche était de dénoncer l’arrestation arbitraire de Biram Dah Abeid et Brahim Bilal Ramdane et attirer l’attention de l’opinion nationale et internationale que leur état de santé se détériore de jour en jour.

Lire la suite...