La RDC : pays à haut "RISK"

 Logo RISK2 AEDH

La situation des défenseurs des droits humains et des militants des mouvements citoyens en République Démocratique du Congo est plus que jamais préoccupante. Les risques qui pèsent sur les hommes et les femmes engagés dans la défense des droits fondamentaux sont exacerbés, en particulier à l’Est du pays. La mobilisation des leaders de la société civile pour exiger le respect de l’Etat de droit est sévèrement réprimée. A ce climat tendu s’ajoute, dans la région des Kivu, une situation de violence endémique imputable à l’action des groupes armés illégaux mais aussi de l’armée régulière congolaise et aux abus des autorités locales.

En mai 201 6, AEDH avait engagé, avec trois organisations locales - SUWE, SOS-IJM et ARAL - et le soutien financier du Ministère des affaires étrangères des Pays-Bas, un programme dont l’objectif principal était de secourir et protéger les défenseurs des droits humains dans les provinces du Nord et Sud Kivu : le projet RISK (Renforcer les Initiatives pour Secourir les défenseurs des Kivu). Au cours des deux années de mise en oeuvre du projet, 1 03 défenseurs des droits humains, dont 33 femmes, ont pu être secourus. Leur mise en sécurité, la prise en charge de leurs soins médicaux, leur défense en justice et leur soutien psychologique pour surmonter les traumatismes subis ont pu être assurés dans le cadre de ce dispositif.

En août 201 8, la seconde phase du projet RISK a été enclenchée pour trois années supplémentaires. Depuis cette date, le dispositif d’assistance a pris en charge 30 défenseurs des droits humains gravement menacés ou victimes de violences. Ce chiffre en dit long sur les dangers auxquels sont confrontés les acteurs de la société civile dans les Kivu, et sur leur courage aussi.

Les élections présidentielles, que les Congolais attendent depuis plus de deux ans, et qui devaient se tenir le 23 décembre, ont été repoussées au 30 décembre. On peut s'interroger sur les conditions dans lesquelles elles ont été tenues et surtout sur l'avenir politique du plus grand pays d'Afrique subsaharienne. Les aspirations démocratiques du peuple congolais finiront-elles enfin par être entendues ?


Véronique Rouault

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn