Résister : leçon colombienne

Colombie Sembrar
L’association colombienne Sembrar est soutenue par AEDH depuis presque 20 ans et par la Fondation pour les Droits Humains depuis deux ans. Depuis 2011, notre organisation appuie les actions menées par Sembrar dans le Sud du département du Bolivar, une région oubliée du monde où les populations locales, qui vivent de la terre, de la pêche et de la petite exploitation des mines d'or, sont confrontées à la fois à la violence armée (entre guérilla, groupes paramilitaires et armée colombienne) et sociale (confiscation de l'eau par les grandes exploitations de palme, détérioration de l’environnement par les entreprises minières illégales). Jean-Pierre Aldeguer, qui s’est rendu en mars dans le Sud du Bolivar en compagnie de membres de Sembrar, témoigne des réalités vécues par la population.

« Toutes les forces en présence oeuvrent directement ou indirectement pour que nous quittions nos villages et nos terres, mais nous résistons, parce que là est la vie » commente Pablo qui nous accueille à Micohumado, un des petits villages de la Sierra. Avec les militants rassemblés, Claudia raconte le premier acte de résistance dont tous se souviennent : en 2000 quand guérilla, armée et groupes paramilitaires avaient établi là un des fronts de combat. Les hommes avaient quitté le village pour ne pas être enrôlés de force dans l'un ou l'autre des camps. Seules restaient les femmes qui avaient engagé une négociation avec la guérilla pour obtenir que soient déminés les chemins autour du village et avec l'armée pour que les routes soient rouvertes et le village approvisionné. Abandonnée par l'Etat, la population décida de s'autogérer en constituant une assemblée populaire qui perdure toujours.

A Rio Viejo, dans la plaine, les enjeux autour des terres à palme et de l'eau sont intenses. Menaces, extorsions et harcèlements visent les militants associatifs. Face au nombre de cas de tentatives d’extorsion, Sembrar a décidé d’engager une « denuncia », plainte devant les autorités et mise en demeure d’agir. Sont mis en cause les groupes armés, groupes paramilitaires ou bandes criminelles, que peu de choses différencient. Une question lancinante taraude les victimes : « Pourquoi est-ce toujours aux pauvres, à nous qui sommes sans défense, de payer des rançons ou de quitter le territoire ? ». « C'est ensemble que nous pouvons nous défendre, non pas en fuyant, mais en résistant », les mots de Santiago, leader local, semblent redonner des forces à la communauté. Pour combien de temps ? Une semaine auparavant, le 7 mars, Sharon Marmol Tellez, fille d'un dirigeant “agromineur” d’un village de la région a été enlevée puis retrouvée morte. Crime impuni comme beaucoup d'autres et pour lequel, une fois encore, Sembrar va déposer une « denuncia ». Comment ne pas céder, comment ne pas tout abandonner et fuir vers une autre région ou une grande ville ?

Pour la Fédération des agromineurs et petits paysans, la solidarité passe aussi par la revendication de services aux populations (en particulier l’eau potable), le montage et la création de projets (un entrepôt pour stocker les productions de riz et de maïs, un lieu pour produire du sucre). « Montrer que nous n’avons pas peur, que nous souhaitons continuer à vivre ici, c’est aussi bâtir des projets économiques ».

Le rôle de Sembrar apparaît essentiel à tous : soutien juridique pour dénoncer crimes, extorsions et menaces, assistance à l'organisation de la Fédération, appui technique à la création de coopératives : autant d'actions interdépendantes.

Et surtout, termine Santiago, « en France, parlez de notre résistance de tous les jours, montrez les photos des rivières qui se dessèchent et les digues construites par les grandes exploitations foncières qui confisquent notre eau, racontez nos combats pour exploiter nos mines coopératives face aux exploitations illégales, parlez de cette violence au quotidien que nous affrontons compte tenu de l’inaction de l'Etat face à ceux qui nous menacent. Nous avons besoin de vous et nous comptons sur vous ».

Jean-Pierre Aldeguer

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn