Communiqué de presse : "Liberté de manifester : abrogation de la loi"

Communiqué commun signé par plus de 40 organisations, dont AEDH

Si la loi est votée par le Parlement au nom du peuple français, elle ne peut et elle ne doit pas porter atteinte à la libre expression du peuple. La loi adoptée par l’Assemblée nationale qui prétend encadrer le droit de manifester reste, malgré la censure partielle du Conseil constitutionnel, une atteinte grave aux libertés publiques et à l’équilibre des pouvoirs.

Les violences contre les personnes, les biens, les institutions qui ont eu lieu ne peuvent justifier qu’un exécutif s’arroge des pouvoirs exorbitants. Participer à une manifestation ne saurait signifier le risque pour chacun et chacune d’entre nous d’être poursuivi, fiché et condamné pénalement comme financièrement.

Soumettre les participants et les participantes à une manifestation à une fouille systématique, faire d’un visage en partie couvert un délit, persister dans l’usage d’armes qui mutilent, voici l’esprit et la lettre de mesures qui sont autant d’empêchements à l’exercice d’un droit essentiel en démocratie : celui de manifester publiquement, collectivement et pacifiquement son opinion.

Lire la suite...

Face aux derniers évènements qui endeuillent la société colombienne…

Logo projet Vamos por la Paz

AEDH est membre du Réseau France Colombie Solidarités (RFCS) aux côté d’une dizaine d’autres ONG françaises. Dans le cadre du RFCS, un projet de coopération a été mis en place en partenariat avec une douzaine d’associations colombiennes pour soutenir les initiatives de construction de la paix dans le pays : le projet « Vamos por la paz » (Ensemble pour la paix). La seconde Assemblée générale du projet a eu lieu en Colombie début décembre. A l’issue de cette assemblée, les organisations françaises et colombiennes impliquées dans le projet ont publié un communiquées pour faire part de leurs inquiétudes face aux violences que continuent de subir les acteurs de la société civile colombienne et particulièrement les communautés autochtones.

Lire la suite...

Interview de Philippe Morié, délégué général d'AEDH

ONU LT

Philippe MORIE en compagnie de Trésor NZILA KENDET de l'OCDH devant l'ONU à Genève en octobre 2018

Lire la suite...

Projet DEFI 2 : Le premier échange d'expériences organisé à Libreville

ac3

Dans le cadre de la 2ème phase du projet DEFI (Développer et Favoriser les Initiatives des organisations de défense des droits humains en Afrique centrale), 13 organisations ont été sélectionnées le 10 septembre dernier suite à la réunion du comité de sélection (voir LT 223).

Lire la suite...

Hommage à Gérard Ligier

vignette gerard ligier

« Les libertés fondamentales ne sont jamais définitivement acquises et il est essentiel de sans cesse défendre et promouvoir les droits humains, en France et dans les nombreuses régions du monde où ceux-ci sont bafoués et menacés quotidiennement ». C’était le combat qui animait le fondateur de la Fondation pour les droits humains, Gérard Ligier, décédé le 23 janvier 2019 à l’âge de 78 ans.

Lire la suite...

Le projet MANDAT s'achève !

ue2

Entre 2016 et 2018, AEDH a mis en oeuvre le projet MANDAT (Mobiliser et ANimer les efforts de la société civile contre la Détention Arbitraire et la Torture en République du Congo) en partenariat avec l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH). L’objectif de ce projet cofinancé par l’Union Européenne était de renforcer l’Etat de droit au Congo en favorisant la diminution du nombre de détentions arbitraires et des actes de torture, traitements cruels, inhumains et dégradants.

Lire la suite...