Fonds d’urgence : Défense de la présidente de Samba Mwanas

 

201703 hortensename

Au lendemain de la réélection du président sortant Ali Bongo en septembre 2016 au Gabon, le QG de campagne de son opposant Jean Ping fût pris d’assaut par des militaires.  

L’organisation gabonaise Samba Mwanas, partenaire d’AEDH et qui œuvre pour la promotion et la protection des droits humains, a été sollicitée pour la prise en charge des jeunes blessés, torturés ou ayant perdu un proche lors de ce raid. Une quarantaine de jeunes se sont rapprochés de l’association. 

Samba Mwanas est alors identifiée par les autorités comme une organisation ayant eu accès à des informations sensibles. Sa présidente Hortense Nname-Nguema Ondo est prise pour cible et subit de nombreuses intimidations : filatures, communications sur écoute et tentative d’enlèvement qui la contraignent à fuir le Gabon. 

Elle parvient à rejoindre la France, où réside actuellement sa fille.

Le Fonds d’Urgence est intervenu pour soutenir Hortense Nname en lui allouant une aide financière lui permettant d’assurer son logement ainsi que ses dépenses quotidiennes. 

Pour le moment, la situation sécuritaire au Gabon ne permet pas à Hortense de rentrer au pays. Elle continue de suivre les activités de Samba Mwanas à distance et d’organiser des événements en France pour sensibiliser la population sur la situation politique gabonaise.

Marie Malatrait

 

 

 

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn